Le passage en 6ème

Un atelier dans le cadre de l'AIS été, pour aborder le passage en 6ème par Océane Peyres du Service Education de la Ligue de l’enseignement - Fédération des Bouches-du-Rhône.

Mercredi 13 juillet 2022, au troisième étage du centre social Coco Velten, rue Bernard du bois, à quelques encablures de la porte d’Aix, se tient un atelier particulier animé par Océane Peyres du Service Education de la Ligue de l’enseignement - Fédération des Bouches-du-Rhône. Elle accueille, ce jour-là, des enfants et leurs parents pour aborder le passage délicat du CM2 à la 6ème. Autrement dit de l’école au collège. Avant d’arriver dans cette grande salle, la quarantaine d’enfants scolarisés, issus des REP+ (Réseau d’Education Prioritaire) de Marseille, ont passé près d’une semaine, dans le cadre du « Stage Passerelle », à faire de la dance, de l’escalade, de la création de BD...WhatsApp_Image_2022-07-13_at_12.20.02.jpg

Pendant plus d’une demi-heure, les trois groupes qui vont se succéder, seront invités par Océane à remplir, de façon ludique, une fiche leur présentant différents contextes qu’ils risquent de rencontrer au collège dès septembre prochain. La méthode « Feelings », utilisée dans cet atelier, a pour but de recueillir les ressentis et émotions des enfants. Avec douceur et beaucoup de tact, Océane encourage les participants, confortablement installés sur les tatamis, à s’exprimer sur les situations proposées par les fiches : « Un de mes professeurs demande à rencontrer mes parents », « Je suis invité.e à une fête chez un.e élève de ma classe » »Un professeur me compare systématiquement à mon grand frère / ma grande sœur plus âgée », « Un de mes parents m’accompagne au collège en pyjama », « Des élèves insultent régulièrement ma famille sur les réseaux sociaux »… Les parents présents sont également encouragés à remplir leur fiche. A travers six émotions (fierté, tristesse, peur, colère, joie et surprise), les participants caractérisent la situation imaginée. Ainsi s’engage, petit à petit, un échange fructueux entre tout le monde, permettant de dénouer, entre autres, des appréhensions et des craintes lors de l’intégration en 6ème. Massim, élève de La Calade, a compris grâce à cet atelier que « même si les professeurs convoquent tes parents, c’est pas tout le temps négatif. Peut-être parce que tes notes ont augmentées ? ». De toute façon ajoute-il, ses parents lui ont dit de se faire confiance et « ce nouveau monde » il aborde avec une certaine sérénité. Quant à Saïda, qui sera au collège Belle de Mai, elle a retenu qu’elle ne doit pas avoir honte de parler de ses mauvaises notes à ses parents.
Pour Justine Bernard, responsable adjointe du Service Education à la Ligue et coordinatrice du « Stage passerelle » : « L’intérêt (de cet atelier pour les parents et enfants) est de partager ces peurs et apprendre à se faire confiance ». Elle insiste aussi sur l’importance de maintenir leur lien au collège.
Quand Océane a soulevé la question du portable, une grande partie des enfants présents a été surprise d’apprendre qu’une fille du groupe précèdent n’aurait pas de téléphone avant son passage au Lycée. Tous en possédaient un et fréquentaient, depuis pas mal d’années déjà, les réseaux sociaux les plus populaires. Océane a profité pour leur rappeler opportunément que l’âge légal pour s’y inscrire est de 13 ans. Certains reconnaissaient qu’ils le savaient mais l’attirance pour TikTok, Instagram, WhatsApp et autres Messenger était trop forte !
Durant cet atelier, il leur a été rappelé qu’il est bon de défendre ses idées à l’occasion du rôle de délégué de classe.
Certains enfants ont soulevé la thématique douloureuse, et très médiatisée ces dernières années, du harcèlement. Cheimaa, accompagnée de sa mère, est préoccupée par ce sujet. Elle a récemment entendu parler de ce problème et craint d’être confrontée à son arrivée au collège. Sa mère insiste sur la timidité de sa fille et espère qu’elle ne restera pas dans son coin. En tout cas, les deux se sont mis d’accord pour parler ouvertement des problèmes que pourra rencontrer Cheimaa au collège. Cette préoccupation touche également Samira la mère de Samir : « Je crains un peu le passage. La 6ème c’est la cour des grands où l’enfant doit se débrouiller tout seul » et d’ajouter un peu inquiète « j’ai confiance en lui (son fils) mais pas vraiment aux autres ».
Océane rappelle aux participants qu’en cas de harcèlement subi ou vu, il ne faut pas hésiter à aller voir le référent « harcèlement » au collège, les professeurs, le CPE… et en parler.
A la 8e situation soumise aux enfants dans la fiche « Feelings », un moment de détente s’est invité : « Un de mes parents m’accompagne au collège en pyjama ». De façon surprenante les enfants ont majoritairement éprouvé de l’indulgence vis-à-vis de cet accoutrement.
Durant cet atelier, dans lequel les enfants étaient invités « à se mettre dans la peau d’un collégien » selon Justine Bernard, la parole a pu se libérer. Chaïma se dit aussi plus rassurée, moins « stressée » depuis que son frère, qui est au lycée aujourd’hui, lui a dit que le collège « c’est facile ! ». Quant à Saïda elle sera « plus en sécurité au collège qu’à l’école parce qu’il y a plus de surveillants, de profs ». Elle imagine ces derniers « sérieux, qui vont les faire plus travailler ». Avant d’assister au beau spectacle, dans un coin ombragé du jardin Spinelly, à Saint-Mauront, elle s’inquiète pour savoir comment elle va recevoir le carnet de correspondance au collège. Assurément elle est bien prête à tourner la page de l’école pour découvrir sa nouvelle vie de collégienne. On lui souhaite une belle rentrée ainsi qu’à tous les autres !

 WhatsApp_Image_2022-07-13_at_12.22.44.jpg