Séminaire « Jeunes des Deux Rives » 3ème édition

A l’occasion du 3ème séminaire transnational de « Jeunes des 2 Rives - J2R », découvrez l’introduction d’accueil de Suzanne Guilhem, présidente de la Ligue de l’enseignement – Fédération des Bouches-du-Rhône :

« Les 6, 7 et 8 Mai, nous avons accueilli à Marseille la majorité des acteurs éducatifs français et tunisiens du programme « Jeunes des deux rives » (éducateurs spécialisés, animateurs socio-culturels, médiateurs, militants associatifs…) qui accompagnent les jeunes dans les projets de solidarité nationale et internationale. Il s’agissait du 3ème séminaire transnational du programme (les précédents ont eu lieu à Agadir en janvier 2020 et à Nabeul en 2018). Le programme « J2R » vise à accompagner les jeunes de France, du Maroc et de Tunisie, particulièrement ceux les plus exposés aux inégalités, dans la construction d’une citoyenneté ouverte sur le Monde.

Nous avons fortement regretté l’absence des associations marocaines à ce séminaire qui se sont vu refuser leur visa.

Ce séminaire a été organisé autour de nombreuses personnalités et représentants d’association :

- Pascal Blanchard, Historien spécialisé dans l’histoire coloniale, post-coloniale et des migrations en France, co-directeur du groupe de recherche ACHAC.

- Joëlle Bordet, Psychosociologue, en charge de la capitalisation sur le programme « J2R ».

- Roland Biache, Secrétaire général de la Ligue des Droits de l’Homme.

-Philippe Cabin de l’Agence française de développement.

-Carole Coupez, DGA de Solidarité Laïque.

- Jérémie Morfoisse, Coordinateur du programme « J2R ».

- Yliès Gaidi, Directeur de Solidarité Laïque Méditerranée.

- La Préfecture des Bouches-du-Rhône.

- Ahmed Hedadi, Adjoint au maire à la Ville de Marseille.

- Jacques Ould Aoudia, Vice-Président de Migrations & développement.

- Suzanne Guilhem, Présidente de la Ligue de l’enseignement des Bouches-du-Rhône.

Il est revenu à la Ligue de l’enseignement- FAIL 13 d’ouvrir ce séminaire en les termes suivants :

« Plus de 2 ans après le séminaire transnational de lancement à Agadir, nous sommes honorés de vous recevoir, ensemble des éducateurs français, tunisiens, libanais. Nous regrettons profondément l’absence de nos amis Marocains (pour des raisons de visa, ils n’ont pu nous rejoindre), qui accompagnent ce projet de solidarité internationale, ce programme, jeunesse des 2 rives, quel beau projet et tellement porteur d’espérance aujourd’hui puisqu’il conjugue diversité et émancipation culturelle avec cette idée, en toile de fond, que la richesse culturelle du monde, c’est sa diversité. En fait il s’agit de lutter partout dans le monde contre toutes les formes d’injustice et d’exclusion.

En soutenant les jeunes du bassin méditerranéen dans leurs engagements solidaires, et en les invitant à agir ensemble, ce programme vise à améliorer leur compréhension des enjeux de la solidarité et du vivre-ensemble, à susciter et à développer leur esprit critique et à faire l’apprentissage d’une citoyenneté ouverte sur le Monde.

Nous souhaitons ainsi former des ambassadeurs, agissant sur les 2 rives de cette Méditerranée, où ont prospéré et se développent nos cultures, afin de transformer la peur de l’autre en curiosité, en désir de rencontre, en ouvrant les esprits, en donnant l’envie de vivre l’expérience du débat, de la contradiction dans le respect de soi et de l’autre, en un mot éduquer nos jeunes gens et jeunes filles à être acteurs et actrices de la paix.

Dans les Bouches du Rhône, dans notre fédération de la Ligue de l’Enseignement, nous sommes particulièrement engagés pour soutenir ces initiatives solidaires et interculturelles des jeunes, mais aussi à qualifier et former des acteurs éducatifs afin de développer, de promouvoir cet engagement citoyen à l’international.

Nous serons très attentifs aux travaux de ce séminaire, aux préconisations qui y seront faites, alors bon travail à Marseille, et bon séjour, en souhaitant que vous puissiez connaître notre ville décrite ainsi par J.C. Izzo :

« Marseille est, a toujours été, le port des exils, des exils méditerranéens, des exils de nos anciennes routes coloniales aussi. Ici, celui qui débarque un jour sur le port, il est forcément chez lui. D’où que l’on vienne, on est chez soi à Marseille. Dans les rues, on croise des visages familiers, des odeurs familières. Marseille est familière. Dès le premier regard. »

La première matinée a été un grand moment d’éducation, de réflexion et d’échange avec la conférence de Pascal Blanchard, historien sur le thème « Histoire coloniale et post- coloniale.»

Un grand merci aux organisateurs : Chloé Bernard et Karim Touche ! »

 

FotoJet 29