Une Radio libre au Lycée Diderot

A la rentrée de l’année 2021, une Radio libre s’est montée au Lycée Diderot, situé dans le 13ème arrondissement de Marseille, avec un groupe de lycéen.ne.s.

A la rentrée de l’année 2021, une Radio libre s’est montée au Lycée Diderot, situé dans le 13ème arrondissement de Marseille, avec un groupe de lycéen.ne.s. Les premières radios libres, nées dans un contexte de contrôle strict de l’information par l’État, se sont créées afin de faire entendre des voix qui ne supportaient pas la censure. Dans le sillage de ces dernières, nous voulions construire un lieu de discussion libre où de multiples sujets seraient abordés, où les avis, se faisant écho ou s’opposant, pourraient s’exprimer dans un souci de bienveillance et d’écoute de l’autre. C’est en échangeant que les points de vue s’affinent et s’aiguisent, et que les visions du monde s’ouvrent. Les thématiques, variées et brassant un large éventail des réalités qui nous entourent, sont autant de portes d’entrée pour comprendre le monde dans lequel nous vivons, dont la complexité ne doit pas être un obstacle infranchissable aux tentatives de son éclaircissement.  

Ces échanges, riches et spontanés, nous apportent des éléments de compréhension, des pistes de réflexion, des idées nouvelles, à poursuivre et à nourrir, seul.e ou à plusieurs. En prenant le temps de s’arrêter sur des aspects auxquels nous ne prêtons pas forcément attention, ils nous invitent à prolonger la conversation commencée. Par des lectures, des films, des musiques, des débats, des questions, des réponses. Et aussi des silences. Car reconnaître que l’on ne sait pas ou que l’on n’a pas d’avis sur le sujet est une belle preuve d’humilité et de sagesse à une période où le réflexe du commentaire péremptoire et l’injonction à une prise de position immédiate deviennent légion. Ces voyages radiophoniques que nous vous offrons sont de multiples esquisses proposées dont le tracé peut être librement continué par chacun.

« Le « monde d’après » : une illusion ? » – 5 janvier 2021 

Pour ce premier épisode de Radio libre au lycée Diderot, les jeunes présents se sont interrogés sur les effets des confinements que l’on vit depuis le début de la pandémie mondiale. Occasion de découvertes nouvelles, de recentrement épanouissant ou isolement forcé qui provoque un sentiment de solitude et un repli sur soi, qu’est devenu ce fameux « monde d’après » dont on a tant parlé au printemps 2020 ? La réponse est loin d’être tranchée et échanger sur tout ce que l’on traverse, le pire comme le meilleur, permet de rendre plus claire une période on ne peut plus incertaine.

« Les réseaux sociaux : une possibilité infinie de découvertes ou une addiction inéluctable ? » - 12 janvier 2021

Les réseaux sociaux occupent une place toujours plus grande dans nos vies quotidiennes, que ce soit dans la sphère professionnelle ou dans le cercle intime. Ils sont devenus un outil indispensable tant pour le suivi des cours que pour notre vie privée. Trouver un équilibre entre dépendance et avantages de ces outils est-il possible ? C’est sur la place de ces robots invisibles – ne l’oublions pas, les réseaux sociaux fonctionnent à partir d’algorithmes qui s’auto-enrichissent – que les jeunes du lycée Diderot ont échangé ce mardi à la Radio libre.  

« La révolution sera féministe ou ne sera pas ».

Ces mots de la poétesse féministe Pat Parker font écho à une actualité brûlante qu’il n’est plus possible d’évincer. Lors de cette radio libre, il n’y avait, chose non prévue, que des femmes autour de la table pour discuter du sujet du féminisme. Les discriminations à l’égard des femmes ne peuvent plus être niées. Mais quelles formes prennent-elles ? Comment lutter ? Comment en parler et sensibiliser ? Entre modèles féministes qui sont autant de sources d’inspiration variées, définitions plurielles du féminisme, partage d’expériences vécues et des voies à suivre, place des réseaux sociaux dans ce phénomène, les pistes de réflexion n’ont pas manqué et pourront en inspirer certain.e.s pour imaginer les postures à adopter face à des comportements ou propos sexistes."

« Dubaï : nouvel eldorado ou haut lieu de consommation ? » 

Ce mardi, c’est par un sujet d’actualité people que la discussion a commencé : la multiplication des déménagements des acteurs de la télé-réalité des Marseillais vers Dubaï. Pas grand-chose à voir avec les précédentes radios libres en effet. C’est bien cette capacité à ratisser large, sans négliger des sujets qui pourraient être considérés comme « futiles » qui fait notre richesse. Alors, aujourd’hui c’est sur la capitale des Émirats arabes unis que notre dévolu s’est jeté. Dubaï devient un lieu de plus en plus prisé, qui attire un nombre croissant de touristes à l’échelle mondiale. Ainsi que des influenceur.se.s de téléréalité qui partent s’y installer. Leurs choix est-il le reflet d’une tendance générale ? Ou contribuent-ils à ériger des villes en modèles, devenues des lieux rêvés ? En s’interrogeant sur la démarche de ces derniers, ce sont sur des pistes sinueuses, sur lesquelles soufflent des airs de philosophie, que nous nous sommes empruntés. De manière plus générale, quelles sont les raisons qui font que l’on désire quelque chose ? Quel est le rôle joué par les influenceurs dans l’édification de nos envies ? Le fait que dans leurs vidéos, ils s’adressent spécifiquement à leur public, qu’ils nous fassent nous sentir unique, nous incitant alors à nous procurer l’objet vanté, serait une des caractéristiques de notre monde contemporain ? En somme, pourquoi veut-on ? C’est sur ces questions, loin d’être épuisées, que l’on s’est penché, en tentant de prendre du recul par rapport à notre quotidien pour décortiquer les processus de construction de nos désirs et les procédés d’incitations, qui seraient davantage des injonctions cachées, à consommer.